Rechercher
  • Delphine Lugol

OPIUM OU LA SIDERATION

(d'après un article que j'ai publié sur le formidable blog du dr vétérinaire Serge Arnaud https://arnaudveto.blogspot.com)


Trac, crainte, peur, frayeur, panique, terreur… Les conséquences de ces émotions, si elles pénalisent le bien-être de votre animal, peuvent être gérées au quotidien par l'homéopathie en basses dilutions, ou travaillées plus en profondeur grâce à l'homéopathie uniciste en dilutions plus hautes.

Tout d'abord je présente mes excuses pour deux tics de langage:

1°/ le raccourci que nous homéopathes utilisons pour parler d'une substance: "un type de personne nécessitant le remède Opium" devient "Opium" dans notre jargon, comme si c'était un personnage. Il devient même en homéopathie uniciste un archétype avec de nombreux traits de caractères, fragilités ou conformation physiques et psychiques, etc…

2°/ le mot de "remède" (désuet synonyme de médicament, celui-ci ayant une connotation plus pharmaco-chimique). Nous l'avons gardé depuis la naissance de l'homéopathie à la fin du XVIIème siècle.


Ensuite un petit rappel: En homéopathie bien davantage qu'en allopathie, connaitre finement les caractéristiques d'une substance est indispensable pour avoir un résultat;"l'homéopathie çà ne marche pas sur moi" ou "çà marche sur mon chien mais pas sur mon chat" est une conclusion trop hâtive: l'important est de trouver LE remède correspondant parfaitement aux SYMPTOMES OBSERVÉS (et pas au nom de la maladie!).

Les deux principaux remèdes parmi les dizaines qui peuvent être utilisés pour apaiser les conséquences de peurs et frayeurs sont Opium crudum et Aconitum napellum.

Mais alors qu'une frayeur (ou son rappel par des événements qui la ravivent), génère chez Aconit une agitation permanente, une peur de la peur et une alerte extrême, Opium apparaîtra choqué, vidé de sa force vitale, sans réaction.

LA SOUCHE DU REMEDE OPIUM :



L’opium est le latex qu'exsude la capsule du pavot somnifère ou pavot à opium (Papaver somniferum).

Plante herbacée annuelle ( 30 cm à 1.5m) de la famille des Papaveraceae originaire d'Europe méridionale et d'Afrique du Nord.

Le latex est récolté en le laissant couler le long d'incisions sur la capsule de la plante, après perte des fleurs et avant la maturation des capsules.

Il contient une grande concentration d'alcaloïdes dont la morphine, la codéine, et la narcotine. Ceux-ci ont une action sur le système nerveux central, le système de perception de la douleur, le centre respiratoire, la musculature lisse… et ont donné naissance à de puissants médicaments et stupéfiants.

UTILISATION EN HOMEOPATHIE :

1- OPIUM EN AIGU: SUITE DE FRAYEUR, DE TRAUMATISME CRANIEN OU ACCIDENT

La grande spécificité d'Opium est la SIDERATION, c'est pourquoi il peut être également utilisé en cas de choc sur la tête ou accident, mais aussi réveil difficile d'anesthésie ou overdose avec ces caractéristiques:

Sidération, inhibition de nombreuses fonctions:

  • de l'appareil psychique et du cerveau:

  • stupeur,

  • délire

  • arrêt sur image,

  • indifférence à tout

  • troubles de la mémoire

  • somnolence

  • convulsions avec stupeur entre les crises

  • coma

  • des grandes fonctions vitales:

  • douleur: l'individu semble ne pas la ressentir

  • respiration: ralentissement, apnée, asphyxie néo-natale

  • musculature lisse (atonie ou paralysie): fixité des paupières, rétention d'urine, constipation après une frayeur

  • musculature volontaire: tics, tremblements, aphonie

  • circulation: congestion tête, migraine, apoplexie

Remarque: efficace sur les convulsions, la constipation ou la rétention d'urine du jeune lorsque la mère a connu une grande frayeur durant l'allaitement (ou même avant: au cours de la grossesse). S'il tête encore on donne Opium à la mère qui le lui administrera tout en douceur à la mamelle!

2-OPIUM EN CHRONIQUE: LE TYPE OPIUM EN HOMEOPATHIE UNICISTE :

Opium garde en mémoire l'ambiance des évènements; souvent dans un état de stupéfaction, il se repasse le film de la scène avec le son et l'odeur en se déconnectant du présent. Il connait aussi bien les endorphines de la béatitude que l'enfer de la peur et de la douleur.

Mon équipe enseignante au CLH (Centre Liégeois d'homéopathie) l'a décrit ainsi: "Voulant le paradis ici et maintenant, il se distancie de la réalité qui l'effraie, tant et si bien qu'il finit par s'anesthésier, et même se paralyser".

Remarque: parfois la frayeur initiale n'est pas remémorée, elle peut même concerner la mère enceinte qui entraîne un état "Opium" chez le nouveau-né, puis le jeune en croissance.

Les signes cliniques chroniques sont ceux déjà décrits en aigu, mais sur un mode moins exacerbé, s'étalant sur la durée.


Mental:

  • absence de régulation alimentaire: boulimie ou anorexie.

  • ne se plaint de rien, ne souhaite rien

  • gentil et doux, mais rien ne le touche: remède de l’oubli

  • indifférence au plaisir, à la joie, ou au contraire parait drogué: dépression euphorique, exaltation sans raison

  • inertie

  • lenteur d'esprit (mais imagination forte)

Physique:

  • absence de douleur, peu de sensibilité aux impression externes et aux médicaments (l'animal qui a besoin de fortes doses d'anesthésie puis a du mal à se réveiller…)

  • au contraire: hyperacousie (hypersensibilité de l'audition)

  • face bouffie, chaude, lèvre et mâchoire pendantes

  • chaleur intense

  • sommeil lourd, ronflant, yeux ouverts, apnée du sommeil, somnambulisme

  • respiration très bruyante

  • paralysie, tremblements

  • parésie intestinale entrainant constipation avec évacuation de billes dures et noires avec épisodes d'obstruction intestinale; constipation sans besoin; constipation après une chirurgie (chez les oiseaux on peut trouver un jabot dur et gonflé, qui ne se vide pas, comme je l'ai observé sur une poule seule survivante après le passage nocturne d'un renard)

  • distension vésicale, rétention d'urine

  • aménorrhée (arrêt ou absence de menstruations ou chaleurs)


Symptômes aggravés la nuit, pendant le sommeil, par la chaleur, en mangeant, par la peur, la colère, les stimulants et drogues; améliorés par l'air frais, les boissons froides, en marchant constamment.

NB: les nouveaux-nés et jeunes Opium ont souvent une face vieillotte, ridée.

CAS CLINIQUES :


1-"Penelope est floue"


Mme et Mr D habitent à 140 km et viennent me voir pour leur chienne Pénélope car Mme est soignée par homéopathie uniciste pour des difficultés psychologiques. Elle connait le potentiel de cette médecine. Il faut que j'assure!

Pénélope est un fox terrier d'environ 5 ans, ils l'ont adoptée il y a deux ans: elle venait d'être trouvée sous l'orage au bord de la route.

Ses problèmes de malpropreté désespèrent ses maitres: elle a fait TOUS se besoins dedans pendant un an. Maintenant çà va un peu mieux.

Lors des orages elle est terrorisée: elle tremble, claque des dents, halète, bave, et cela même avant que l'orage arrive ou lorsqu'il passe très loin. Rien n'y fait, ces crises de panique la submergent. De plus Mme D ne supporte pas d'être en présence de quelqu'un qui a peur, cela la bouleverse profondément et peut lui provoquer des bouffées de colère… La situation est très compliquée.

Autres caractéristiques:

Pénélope claque aussi des dents quand elle a faim.

Elle respire très fort, au repos et la nuit.

Elle adore la pluie et la neige, craint beaucoup la chaleur, est très heureuse en voiture.

Aime aussi beaucoup la musique, Keith Jarrett et Bach (!), s'installe et soupire de bonheur.

Elle dort souvent sur le dos les quatre pattes en l'air.

Très sensible au bruit.

En consultation et tout au long de l'entretien d'une heure je suis en présence d'une chienne que je qualifie de "floue": elle frissonne de la tête aux pieds et claque des dents quasiment constamment; elle ne me parait pas vraiment présente, un peu à coté. Avec son poil blanc frisé on dirait un pauvre petit nuage tremblotant…

Auscultation: présence d'un souffle cardiaque.

Je lui donne d'abord Gelsemium, remède d'anxiété avec tremblements ("le plus grand trembleur de toute l'homéopathie" disaient mes professeurs), selles involontaires et problèmes cardiaques. Horreur! Une grosse aggravation avec retour en force des selles et pipis dans la maison. On attend, parce qu'un remède adéquat provoque souvent ce type d'aggravation avant que tout ne rentre dans l'ordre. Mais là l'amélioration qui devrait suivre ne se présente pas. Gelsemium étant un remède lent, je leur demande de patienter encore un peu… Pénélope reste malpropre et anxieuse, et Mme D s'énerve: "on dirait qu'elle veut qu'on la ramène au chenil". Alors ce fois il faut que j'assure, il en va du sort de la pauvre Pénélope.

Opium va tout arranger, ouf! Dès la première prise, Pénélope "semble plus présente et n'a pas réagi au tonnerre lointain".

Et maintenant tout va bien et l'harmonie est revenue dans la famille, notamment entre ce "chien-miroir" et sa maitresse à laquelle son homéopathe a également prescrit Opium!

2-Résumé d'un autre cas clinique (d'un confrère):


Black, braque de Weimar craintif, pot-de-colle et très obéissant, présente des problèmes de peau. Ses particularités: il somnole beaucoup, et semble un peu limité au niveau cognitif: lorsqu'on enlève son matelas il est perdu et dort debout, il jappe après son ombre le soir, a peur de son reflet dans le miroir. Il va dans l'eau seulement jusqu'au ventre, car quand il n'a plus pied, il n'a pas l'idée de se cambrer pour tenir la tête hors de l'eau. 

Avec Opium sa peau s'améliore, il prend de la graine, joue davantage et s'émancipe!



CONCLUSION:

J'espère que cet article aidera à faire comprendre à la fois l'intérêt d'Opium et la puissance de l'homéopathie.

Un remède bien choisi, c'est à dire individualisé, peut s'avérer extrêmement efficace en aigu. Il agit très vite car il transmet une information vibratoire et non de la matière. En général il doit être administré en basse dilution, fréquemment jusqu'à amélioration. Opium utilisé ainsi va apaiser les conséquences de frayeur intenses. Mais attention: seulement si elles sont accompagnées de quelques uns des symptômes concomitants décrits précédemment! Sinon, il fera un "flop" et il faudra chercher un remède plus adapté.

Pour un cas chronique, s'il est judicieusement choisi et avec un travail précis sur les dilutions, Opium aidera la personne ou l'animal à trouver les ressources en lui pour surmonter un traumatisme ancien accompagné de symptômes physiques pénalisants, et vivre ainsi plus sereinement.

Dans ma pratique je suis émerveillée, lorsqu'un travail fructueux a été entrepris avec l'animal de compagnie en souffrance, de voir toute une famille évoluer au bénéfice d'une plus grande compréhension de la situation. Les énergies vitales bloquées dans la tristesse, la culpabilité, l'incompréhension ou l'angoisse à l'idée d'une solution plus ou moins radicale selon les symptômes sont libérées, et c'est toujours pour moi source d'une profonde gratitude pour cette belle médecine.



 
  • Facebook

©2018 by vétohoméo. Proudly created with Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now