Rechercher
  • Delphine Lugol

‼️ ALERTE, CHENILLES PROCESSIONNAIRES ‼️

Dernière mise à jour : 28 févr.

Peut-être l’avez-vous remarqué: cette année ces chenilles sont particulièrement nombreuses et les symptômes de leur envenimation dévastateurs.

Je constate qu’en plus de la souche (un extrait de ces chenilles de la famille Bombyx), nous aurons besoins d’autres remèdes, qui couvrent notamment les symptômes:

d’hypersensibilité,

de brûlure,

d’œdème,

De prurit,

de nécrose,

de douleur,

d’altération de l’état général,

de choc…

chenilles processionnaires, homéopathie
nid de chenilles processionnaires


LA CHENILLE: BOMBYX PROCESSIONEA

Principales étapes de la vie de ce charmant insecte qui ravage les pinèdes des régions tempérées (surtout méditerranéennes ou atlantique)

Papillons

Mâles et femelles gris et velus, nommés Thaumetopaea pityocampa, sortent de terre en juillet/aout.

Ils s’accouplent immédiatement et meurent en moins de 24h.

Ponte

La femelle va pondre ses oeufs en manchon sur les aiguilles de pin et les recouvre d’écailles qu’elle porte sur son abdomen: les manchons ressemblent à des bourgeons de pin.

Eclosion et larves

Eclosion 20 à 30 jours plus tard, et passage par 5 stades larvaires (de vertes peu poilues à rousses avec poils orangés. Les larves sont reliées entre elles par de fins réseaux de soie en permanence et communiquent par contact tactile et vibratoire. Elles mangent les aiguilles du pin en abondance et se déplacent en colonies sur l’arbre.

Les oiseaux insectivores tels que les coucous, les huppes ou les mésanges sont les prédateurs naturels de ces chenilles.

Nid

Lors des premiers froids elles commencent à fabriquer de denses et soyeux cocons blancs, véritables usines thermiques qui emmagasinent la chaleur du jour: elles peuvent survivre jusqu’à -12°C. Leurs repas nocturnes détruisent peu à peu le pin.

Procession

Toujours reliées par un fil de soie si elles ne se touchent pas, les chenilles sortent en file indienne à la fin de l’hiver dès que la température dépasse 10°C.

procession de chenilles processionnaires, homéopathie
Procession de Bombyx processionea

Nymphe

Lorsque la température atteint les 22°C chaque larve va s’enfoncer dans le sol dans une zone chaude et dégagée où elle va fabriquer un cocon individuel, qui deviendra la chrysalide de la nymphe.

La période de nymphale peut être très longue si les conditions sont mauvaises, ce qui explique les éventuelles résurgences du nuisible même après destruction massive. C‘est une diapause (= arrêt) : la morphogénèse (= métamorphose) ne reprend qu’un mois avant la sortie du sol de l’adulte.

Poils urticants

Orangés, brillants, fusiformes et barbelés, véritables harpons microscopiques. Ils sont groupés en poches appelées miroirs sur chaque segment dorsal et projetés en l’air par les chenilles l’une après l’autre en cas d’agression. Libérant leur venin en se brisant, ils peuvent constituer un véritable barrage empoisonné à l’échelle d’une forêt entière si toutes les chenilles s’y mettent!

Le venin provoque une libération massive d’histamine et des réactions physiologiques violentes en cascade.


LES SYMPTOMES D’ENVENIMATION

Tous nos animaux domestiques peuvent être touchés, en particulier les chiens (notamment les jeunes au comportement explorateur ou les plus âgés qui oublient la prudence) et les chevaux (prés sous les pins, herbe contaminée…)

Les poils peuvent rester en suspension dans l’air ou être transportés par le vent et pénétrent facilement dans la peau, les canaux respiratoires et même les yeux. Un contact avec ces poils urticants peut provoquer, peu après l’incident :

  • Des éruptions cutanéo-muqueuses douloureuses : brûlures, démangeaisons, irritations, inflammations. Les lésions de la langue sont les plus fréquentes, impressionnantes et dramatiques.

  • En cas de contact avec les yeux : une conjonctivite (yeux douloureux, rouges et larmoyants), voire une cécité passagère apparaît quand un poil vient s’enfoncer dans les tissus de l’œil après frottement.

  • Des réactions allergiques violentes : asthme, œdèmes, voire un choc anaphylactique.

TRAITEMENT



EN PREVENTION:

Je communique ici un traitement préventif* sous forme de « recette » que je n’ai jamais appliquée, mais qui pourra peut-être intéresser certains propriétaires anxieux:

- BOMBYX PROCESSIONEA 5CH 1 granule 1 ou 2 fois par semaine


EN CURATIF:

(IMPORTANT: l'animal doit voir son vétérinaire traitant le plus rapidement possible)

1- Selon l’état de l’animal (s’il est conciliant ou pas etc..) choisir entre:

-Rincer = compliqué, douloureux, risque de casser les poils encore davantage. A l’eau claire +/- bicarbonate de soude (1 cuillère à café pour un verre d’eau). Attention: mettre des gants et des manches longues.

2 - Ne pas rincer = laisser les poils urticants en contact sur place..

2- Dans tous les cas:

Mélange de base:

- BOMBYX PROCESSIONEA 7CH

- HISTAMINUM 7CH

Un granule de chaque dans une bouteille à secouer avant l’emploi= dynamisation**

Quelques gouttes de ce liquide dans la gueule (ou autre: en homéo, il suffit de quelques gouttes du granule dilué dans l'eau sur n'importe quelle muqueuse pour que l'information passe: aussi efficace que le granule entier dans la bouche).

Toutes les 5 minutes , puis espacer dès que çà s’apaise: tous les quarts d’heure, puis toutes les heures, puis 4 fois par jour.

(on peut aussi bien sûr mettre un granule de chaque remède sous la langue après dynamisation)

Ce mélange déjà tout prêt peut être administré à l’animal en urgence tout en le conduisant chez son vétérinaire traitant (...mais pas en conduisant le véhicule!!)



3- En complément en fonction des symptômes réels observés et de leur évolution (changer de remède quand les symptômes changent): très important parce que c’est ainsi, en l’appliquant individuellement au cas par cas en que l’homéopathie marche le mieux.



- APIS MELLIFICA 7CH:

Gonflement rosé œdémateux, comme rempli d’eau, œdème de Quincke.

L’animal s’arrête de boire et d’uriner (plus tard, la miction qui reprend sera un signe d’amélioration).

Il pousse des cas suraigus.

Agitation marquée, recherche le frais.


- BELLADONNA 7CH:

Gonflement rouge vif, très chaud

Fou de douleur, très agité, soif intense par petites quantités


- CANTHARIS 7CH:

Plus rare mais caractérisé par une excitation sexuelle qui accompagne la douleur de la brûlure; petites mictions fréquentes.


- ARSENICUM ALBUM 7CH:

Brulure du 3ème degré avec atteinte de l’état général: épuisement profond mais avec une une agitation anxieuse, l’animal se lève, se rallonge, ne sait pas où ni comment se poser..

Aggravé la nuit

Odeurs cadavériques

Diarrhée, frilosité mais recherche un filet d’air frais, grande soif d’eau froide

langue chien envenimation chenilles processionnaires: stade Arsenicum/Mercurius en homéopathie
langue chien envenimation chenilles processionnaires: stade Arsenicum/Mercurius

- CARBOLICUM ACIDUM 7CH:

Choc anaphylactique avec ulcère et gangrène; noir, rouge foncé, brun, odeur putride

La douleur parfois s’arrête d’un coup, puis reprend

Ballonnements abdominaux concomitants


langue chien nécrosée chenilles processionnaires: stade Lachesis/Carbolicum acidum en homéopathie
langue chien nécrosée chenilles processionnaires: stade Lachesis/Carbolicum acidum

- LACHESIS MUTUS 7CH

Saignement noirâtre qui ne coagule pas, plaies bleu sombre ou violacées

Amélioré par les applications froides et le soir, veut être éventé, ne supporte plus le collier

Lorsque le problème concerne la bouche il arrive qu’il puisse avaler les solides mais pas les liquides

- MERCURIUS SOLUBILIS 7CH

Beaucoup de pus collant, ulcères grisâtres, salivation visqueuse, odeur fétide, ne supporte ni le chaud ni le froid , grande soif

Peut avoir des impulsions agressives

- MERCURIUS CORROSIVUS 7CH:

Id + des morceaux de chair se détachent

- POUMON HISTAMINE 7CH:

Crise d’asthme réactionnelle

RAPPEL:

Ne pas hésiter à changer de remède lorsque les symptômes évoluent.

Exemple avec 3 remèdes très fréquemment utilisés dans ces cas et très efficaces si utilisés de façon bien ciblée):

Il est souvent très utile d’administrer Apis mellifica en tout début d’envenimation, au stade œdème rosé/douleur/démangeaisons. Si les lésions commencent à se nécroser avec perte de substance par lambeaux de chair qui sentent mauvais: on passe vite à Mercurius corrosivus, en ajoutant Arsenicum album si l’animal reste agité malgré un abattement extrême.

EN CONCLUSION:

⚪️ On remarquera l’importance, comme toujours avec l’homéopathie, de l’observation attentive des symptômes.

⚪️ Pour les humains:

  • Éviter de fréquenter les endroits près des pins ou des chênes infestés,

  • Porter des habits couvrants dans une zone potentiellement infestée ou pour soigner son animal,

  • Ne pas les balayer pour éviter de former un nuage de poils urticants pouvant causer une atteinte respiratoire, oculaire ou cutanée,

  • Eviter de se frotter les yeux pendant ou au retour d’une balade.

  • Bien laver les fruits et les légumes de son jardin en cas d’infestation à proximité,

  • Eviter de faire sécher le linge à côté d’arbres infestés,

  • En cas de suspicion d’exposition aux chenilles, prendre une douche et changer de vêtements.

⚪️ En espérant que le lecteur n’aura jamais besoin d’appliquer ces recommandations…

*En homéopathie uniciste la seule prévention valable est l’administration raisonnée (fréquence et dilution) du remède de fond de l’animal, SA substance alliée dans la nature. On active ainsi sa force vitale et son organisme est prêt à répondre au mieux à toute agression ou traumatisme externe, ainsi qu’aux déséquilibres internes.

* * Toujours dynamiser un remède homéopathique avant l’administration.




Merci pour les photos trouvées sur internet

Posts récents

Voir tout